Les deux prochaines galeries regroupent à elles seules près de 200 des 360 œuvres ici répertoriées. C’est dire à quel point les thèmes qui y sont développés sont majeurs dans toute la production de Simard.

Ce qui est fascinant c’est qu’on y retrouve pratiquement que des terres vierges ou du moins que peu altérées par l’homme. À part quelques maisons, des chemins ou quelques clôtures, on ne voit jamais dans aucun de ses tableaux aucune présence humaine ne fusse qu’une silhouette au loin.

La nature, ses éléments et changements, accaparent l’ensemble sa vision. Le cycle des saisons y est omniprésent telle une mesure du temps : un temps non pas chronologique, mais chromatique, engendré par le roulement des saisons et participant à l’unisson à une durée globale et infinie.

Cette succession de tableaux aux horizons immenses, aux ciels chargés de nuages et aux terres ensevelies sous les neiges, Simard n’aura de cesse de les capter et de les transposer. Devant de si grandes beautés, on ne peut que s’arrêter et contempler. L’esprit de lieux est incommensurable et rien ne saurait en saisir toute la mesure.

Les années 90 furent particulièrement fastes pour ce type de production avec un regain au milieu des années 2000.

Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player